20 DÉLICIEUSES FAÇONS DE MANGER DES AMANDES AU QUOTIDIEN

Posted on 29 septembre 2014

 

Source de cet article : Collective des amandes de la Californie 

 

Rien ne se compare aux amandes qui, avec leur goût irrésistiblement riche et leur croquant unique, se marient parfaitement avec toute sorte d’ingrédients et sont offertes sous toutes sortes de formes. On les trouve entières, effilées, tranchées, hachées, blanchies, sous forme de beurre et d’huile, de farine et de boisson. À l’aide des conseils suivants, la Collective des amandes de la Californie vous propose de nouvelles façons d’intégrer cet aliment dans votre alimentation et ainsi, d’aller au-delà de la traditionnelle poignée d’amandes.

 

En bleu, mes trucs préférés…

 

1. Remplacez la chapelure par de la farine d’amande lorsque vous faites frire ou cuire de la viande, des légumes ou tout autre aliment.

2. Ajoutez du beurre d’amande à vos céréales chaudes préférées pour y ajouter de la saveur et augmenter votre apport en protéines de 6g.

3. Mélangez du beurre d’amande à un met épicé afin d’en adoucir le goût.

varbak.com

4. Créez votre propre boisson d’amande : faites tremper 1 tasse d’amande dans de l’eau pendant un jour ou deux, puis égouttez. Jetez l’eau de trempage, rincez les amandes, et couvrez-les avec deux tasses d’eau douce. À l’aide d’un malaxeur, réduisez le tout en purée, puis filtrez l’eau d’amande à l’aide d’un coton à fromage. Ajoutez ensuite de la vanille, un agent sucrant ou de la cannelle au goût. La boisson d’amande se conservera au réfrigérateur pendant 2 jours.

5. Réutilisez ce qu’il reste d’amandes moulues pour la préparation de votre boisson d’amandes maison en guise d’épaississant à soupes et ragoûts.

6. Ajoutez de la boisson d’amande dans votre smoothie ou votre café pour le rendre plus onctueux et y ajouter un agréable goût de noix. Une alternative sans cholestérol!

7. Substituez deux parts de farine régulière par une part de farine d’amande pour ajouter une délicieuse saveur de noix à vos gâteaux, biscuits, muffins et autres pâtisseries.

8. Faites l’essai du thé d’amande maison, un breuvage chaud et crémeux unique : grillez une tasse d’amandes blanchies au four réglé à 375 °F pendant 15 minutes, ou jusqu’à ce qu’elles affichent une couleur brun moyen, en vous assurant de remuer de temps en temps. Ensuite, dans un mélangeur, réduisez les amandes combinées à deux tasses d’eau. Filtrez la préparation, réchauffez, puis ajoutez un agent sucrant et des épices, telles que la cannelle ou la cardamome.

9. Préparez votre propre beurre d’amande en broyant des amandes naturelles ou grillées dans un robot culinaire durant 20 à 30 minutes. Arrêtez et en raclez les parois du bol lorsque nécessaire. La préparation est longue, mais le beurre d’amande en résultant sera riche et onctueux.

10. Faites-vous un sandwich au beurre d’amande savoureux avec des tranches de concombres, de tomates, des légumes et des pousses. Un délice inusité!

11. Gardez la farine d’amande en tête pour les fois où vous souhaiterez créer une garniture sans gluten pour accompagner votre croustillant aux fruits préféré.

12. Ajoutez des amandes hachées et grillées à un mélange multigrain pour y faire ressortir les saveurs de noix présente dans les grains.

13. Optimisez votre temps et créez un mélange-collation décadent pour la semaine. Celui-ci peut être composé d’amandes entières, de raisins secs dorés, de figues séchées et de morceaux de chocolat.

14. Combinez des amandes et un fruit frais pour créer une collation pleine d’énergie alliant protéines (6 g), glucides et bons gras.

15. Ajoutez un filet d’huile d’amande à vos vinaigrettes pour leur donner un goût unique et léger de noix.

16. Remplacez la chapelure par de la farine d’amande en guise d’alternative sans gluten pour rehausser les saveurs de vos pains de viande, boulettes de viandes et gâteaux de crabes.

17. Garnissez vos crèmes de légumes d’une pincée d’amandes effilées ou grillées, pour y ajouter du croquant et de la saveur.

18. Rendez vos collations de soirée plus attrayantes. Ajoutez des amandes entières grillées et du parmesan râpé à votre popcorn.

19. Mélangez un blanc d’oeuf battu avec deux ou trois tasses d’amandes avant d’y ajouter du sel et des épices, puis de les griller. Le blanc d’oeuf contribuera à faire adhérer l’assaisonnement aux amandes.

20. Ajoutez de la boisson d’amande à vos soupes pour un rendu riche et bon pour le coeur.

 

LES FRUITS ET LÉGUMES SEMBLENT FAVORISER LE BIEN-ÊTRE MENTAL

Posted on 29 septembre 2014

UNE AUTRE BONNE NOUVELLE POUR SAVOURER DE 5 À 10 PORTIONS DE FRUITS ET LÉGUMES CHAQUE JOUR!

 

Publié le 25 septembre 2014 à 14h09 - lapresse.ca

La consommation régulière de fruits et légumes est directement associée au bien-être mental, affirment des chercheurs britanniques.

 

Les scientifiques de la faculté de médecine de l’Université de Warwick ont analysé l’alimentation et la santé de quelque 14 000 personnes inscrites à une vaste étude britannique.

Ils ont découvert que 33,5% des participants qui consomment au moins cinq portions de fruits et légumes par jour témoignent d’un excellent bien-être mental, comparativement à seulement 6,8% pour ceux qui en consomment moins d’une portion quotidiennement.

 

De même, 31,4% des sujets qui rapportaient un solide bien-être mental consommaient trois ou quatre portions de fruits et légumes par jour, tandis que 28,4% en mangeaient une ou deux.

 

Un faible bien-être mental est fortement associé à la maladie mentale. En revanche, un excellent bien-être mental est caractérisé par l’optimisme, le bonheur, l’estime de soi, la résilience et de bonnes relations interpersonnelles.

 

Les auteurs ont rappelé que le bien-être mental est étroitement lié à la santé physique. La consommation régulière de fruits et légumes pourrait donc permettre de rehausser ce bien-être, en même temps de lutter contre des problèmes comme le cancer et la maladie cardiovasculaire.

 

Les conclusions de cette étude sont publiées dans le journal médical BMJ Open.

10 SUPER ALIMENTS POUR L’HUMEUR

Posted on 23 septembre 2014

Article de Julie Leduc, SimplementBrillant.ca, Présenté par Financière Sun Life

Certains nutriments jouent un rôle dans le maintien de nos fonctions cognitives et la gestion de nos humeurs. Trois nutritionnistes nous font découvrir 10 aliments qui contiennent de ces substances à ne pas négliger.

D’abord, prendre trois repas par jour et deux ou trois collations au besoin est essentiel pour maintenir un bon niveau d’énergie, et éviter les coups de fatigue et les sautes d’humeur. « Ne pas sauter de repas et prendre des collations sont de bonnes stratégies alimentaires pour maintenir un bon taux de sucre dans le sang : quand ce dernier devient trop bas, ça peut entraîner de l’irritabilité », mentionne Julie DesGroseilliers, nutritionniste, auteure du livre Dis-moi qui tu es, je te dirai quoi manger et rédactrice d’un blogue. Mais, ajoute-t-elle, il n’y a pas d’aliment miracle : « L’important, c’est d’avoir une alimentation variée et équilibrée. Si on va chercher les minéraux, vitamines et antioxydants essentiels, notre corps fonctionnera à son plein potentiel tant physique qu’intellectuel. »

Voici donc certains aliments qui contribuent à bien nourrir notre cerveau.

fa982f91aaaaf7bd073d56cb9acc5746-orig-398x310Source image : http://femmes.orange.fr

1. LES PETITS FRUITS (bleuets, fraises, framboises, cerises et canneberges)

Ils ralentiraient le déclin cognitif lié à l’âge. « Des études menées sur des animaux l’ont démontré », indique Sonia Pomerleau, nutritionniste et chercheuse à l’Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels (INAF) de l’Université Laval; l’INAF travaille maintenant à démontrer leur effet chez les humains. « Nous participons à un projet pour vérifier l’effet des polyphénols contenus dans les petits fruits sur la mémoire, la concentration et l’orientation spatiotemporelle. » Une hypothèse : les propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires des polyphénols stimuleraient l’activité neuronale qui permet aux signaux de mieux être transmis au cerveau.Quelle quantité de petits fruits consommer? Cela n’est pas clair. Mais la nutritionniste recommande de les mettre au menu, aussi « parce qu’ils sont reconnus pour leurs propriétés anticancéreuses ».

2. LES OEUFS

« Les protéines favorisent la production de dopamine dans notre cerveau, un neurotransmetteur qui nous garde en éveil et stimule notre attention », explique Louise Thibault, docteure en nutrition, professeure et chercheuse à l’Université McGill et auteure du livre Nourrir son cerveau : manger intelligemment. « Les œufs contiennent les protéines de la plus haute qualité, dit-elle. C’est pourquoi je conseille de prendre un œuf cuit dur en collation l’après-midi pour garder l’esprit alerte. »

3. LES POISSONS GRAS (saumon, truite, thon, sardine, hareng, maquereau et flétan)

Ils sont riches en oméga-3, un acide gras « qui contribue à la fluidité des membranes cérébrales et permet une meilleure communication entre les neurones, explique Louise Thibault. Il est prouvé que des suppléments d’oméga-3 aident les gens stressés et angoissés à mieux contrôler leur anxiété. Par contre, si certains affirment que les oméga-3 préviennent les états dépressifs, ça ne s’appuie pas sur un nombre suffisant d’études; il ne faut donc pas croire qu’on peut guérir une dépression en mangeant ces poissons. »
Mettre ces poissons au menu deux à trois fois par semaine est un atout, surtout qu’ils ont une influence bénéfique sur notre santé cardiaque. Les femmes enceintes doivent toutefois limiter leur consommation à une fois par semaine en raison des contaminants, comme le mercure, contenus dans les graisses des poissons.

4. LE FOIE (de veau ou de porc)

Il est riche en fer et en zinc, deux minéraux qui jouent un rôle important dans l’activité du cerveau. Selon Louise Thibault, une carence en fer peut entraîner de la fatigue, de l’irritabilité et une performance cognitive réduite, alors qu’un manque de zinc peut causer de l’irritabilité et des troubles émotifs. Elle conseille de manger du foie au moins une fois par semaine.

5. LES ORANGES

Elles sont une bonne source d’acide folique, une vitamine du groupe B qui joue un rôle sur l’humeur. « L’acide folique contribue à la formation de la sérotonine, qui est une hormone calmante (souvent appelée l’hormone du bonheur), dit Louise Thibault. Les aliments riches en acide folique entraînent une sensation de bien-être. » Le jus d’orange du matin, ce n’est donc pas juste pour la vitamine C!

6. LES FRUITS DE MER

Ils sont riches en zinc et en fer. « Par exemple, 25 moules fournissent 6,7 mg de fer et 7 huîtres en contiennent 5,9 mg », souligne Julie DesGroseilliers. Ils constituent aussi une bonne source d’iode, qui est impliqué dans la transmission des informations et le développement du cerveau.

7. LE CHOU KALE ET LES LÉGUMES VERTS

Ils sont riches en fer, ce qui est un atout pour maintenir l’activité du cerveau. Mais, en prime, ils contiennent aussi beaucoup de vitamine C (souvent plus que les oranges!), essentielle pour que le fer d’origine végétale soit absorbé par l’organisme. Ils contiennent également de l’acide folique.

8. LES GRAINES DE CITROUILLE

C’est une des meilleures sources de magnésium, impliqué dans la transmission nerveuse, dit Julie DesGroseilliers. Un quart de tasse de graines de citrouille contient 207 mg de magnésium, et les adultes en ont besoin de 420 mg par jour. Mais un Québécois sur trois n’atteint pas cet objectif. »

Source de l’image : fm.coeur.ca

9. LES CÉRÉALES DE GRAINS ENTIERS

Elles comportent plusieurs avantages. Ce sont de bonnes sources d’acide folique, de fer et de magnésium. De plus, elles contiennent de la vitamine B1 (thiamine) dont la carence peut entraîner des maux de tête et de la fatigue.

10. LES LÉGUMINEUSES (pois chiches, haricots noirs, lentilles)

Riches en protéines, elles contribuent à la sécrétion de la dopamine pour stimuler nos capacités d’attention. Ce sont aussi d’excellentes sources d’acide folique et de fer : trois quarts de tasse de lentilles fournissent 4,9 mg de fer.

N’oubliez pas le pouvoir des plats réconfortants
Les aliments peuvent aussi influencer notre bien-être et notre humeur grâce au plaisir qu’ils nous procurent. « Certains aliments nous font du bien parce qu’on les associe au plaisir, et ça n’a rien à voir avec leurs propriétés nutritives », indique Julie DesGroseilliers. C’est le cas par exemple des recettes de notre enfance qu’on associe à des moments heureux. Quand on mange ces plats réconfortants, des zones du cerveau liées au plaisir sont stimulées : c’est pourquoi ils nous font du bien.

MUESLI POÊLÉ AUX AMANDES… yummi!

Posted on 25 juin 2014

J’ADORE cette recette… plein d’ingrédients hyper nutritifs et savoureux. Tellement hâte de la faire et d’ajouter ce muesli sur mon yogourt matinal. Cela dit, je vais peut-être réduire la quantité de cassonade…puisque ce n’est pas la saveur qui manquera avec le zeste, la cannelle et la muscade. À suivre!

Muesli poêlé aux amandes (sans gluten)Recette créée par la Collective des amandes de Californie

 

Donne 24 portions

 

Ingrédients :
3 tasses (750 ml) de flocons d’avoine
3 c. à soupe (45 ml) d’amandes tranchées
3/4 tasse (180 ml) de graines de citrouille écalées, rôties et salées
3 c. à soupe (45 ml) d’huile de canola
1/4 tasse (60 ml) de miel
1/4 tasse (60 ml) de cassonade tassée
1/3 tasse (80 ml) de gingembre confit finement haché
1/4 tasse (60 ml) de graines de chia (ou de graines de lin moulues)
2 c. à thé (10 ml) de zeste d’orange ou de citron
1 c. à thé (5 ml) de cannelle moulue
1/2 c. à thé (2,5 ml) de muscade moulue
1/2 c. à thé (2,5 ml) de sel

 

Préparation :
Faire chauffer une grande poêle antiadhésive à feu moyen. Ajouter les flocons d’avoine, les amandes et les graines de citrouille et faire cuire, en remuant fréquemment, pendant 5 minutes ou jusqu’à ce que les ingrédients soient légèrement dorés. Verser lentement l’huile et le miel dans la préparation, puis émietter le sucre par-dessus le mélange. Faire cuire une minute en remuant constamment.

Retirer du feu et ajouter les autres ingrédients. Servir chaud ou à température ambiante. Il est possible de conserver ce muesli dans un contenant hermétique à température ambiante jusqu’à deux semaines.

 

Conseil : Vous pouvez également le conserver en parts individuelles dans des sacs ou des contenants plus petits, afin d’en faire une collation légère. Saupoudrez-le sur du yogourt grec, des tranches de bananes, des pommes cuites pour une croustade santé (QUELLE BONNE IDÉE!!!), ou des petits fruits frais.

Célébrons nos vedettes québécoises!

Posted on 25 juin 2014

En ce mois de la fête de la Saint-Jean, profitez-en pour encourager les producteurs québécois. Consommez plus de fruits et légumes cultivés ici et réjouissez-vous de produits super frais et savoureux! Allez hop, un p’tit tour au marché!

 

Au Québec, la production de fruits et de légumes est grandement diversifiée. Quoi de plus agréable que de circuler parmi les allées des marchés extérieurs pour admirer la gamme variée de couleurs et garnir notre nez d’odeurs alléchantes! Cet été, prenez donc le temps de découvrir en famille les marchés extérieurs, de plus en plus nombreux dans la province. N’hésitez pas à piquer des jasettes avec les producteurs qui se feront un bonheur de partager avec vous des informations sur la culture, des idées de recettes pour apprêter nos vedettes québécoises, des trucs de conservation, etc. Ce sont des gens passionnés et passionnants qui inspireront petits et grands!

 

Les récoltes de juin : asperges, brocoli, bette à carde, carotte de couleur, chicorée, betterave, chou-fleur, concombre de champ, épinards, fines herbes, fraises, laitue Boston, laitue romaine, oignon vert, persil, rabiole, radis en feuilles, rhubarbe.

 

 

Votre fermier de famille

Saviez-vous qu’il est possible de recevoir chaque semaine, ou selon l’échéancier choisi, des paniers de fruits et légumes locaux, souvent biologiques? Ces fermiers livrent directement à votre domicile ou à des points de cueillette spécifiques. Comme l’offre est parfois moins familière (ex. rapini, bette à carde, tomate noire), c’est l’occasion parfaite pour faire de belles découvertes. La fraîcheur est toujours au rendez-vous puisque les végétaux sont souvent récoltés la journée même ou la veille. Certaines fermes offrent des paniers à longueur d’année, en plus d’avoir un catalogue varié de produits (ex. œufs, pains, herbes fraîches). Cette façon de consommer des fruits et légumes contribue à assurer notre souveraineté alimentaire et fait rouler l’économie de nos communautés. De plus, on encourage la relève puisque de plus en plus d’agriculteurs sont de jeunes adultes. Pour en savoir plus, visitez : equiterre.org, lufa.com ou jardindesanges.com.

 

Vedette no 1 : l’ail

Depuis toujours, on attribue à l’ail différentes vertus. Près de 3000 ans avant Jésus-Christ, on gavait d’ail les ouvriers engagés dans la construction des pyramides et temples d’Égypte pour leur donner plus de vigueur. Au temps des premiers Jeux olympiques, les Grecs utilisaient l’ail et l’oignon pour fortifier leurs athlètes. Même si l’ail n’est pas reconnu comme un « stéroïde » d’un point de vue scientifique, il représente un aromate costaud pour relever la saveur des plats!
Saviez-vous que depuis 1995, l’ail des bois bénéficie, à titre d’espèce vulnérable, d’une protection juridique au Québec? En raison des cueillettes intensives dans les années 1970 et 1980, l’ail des bois est presque disparu de la flore québécoise. Par conséquent, son commerce est désormais interdit et seule la récolte en petite quantité, en dehors des milieux protégés, est permise : maximum 50 bulbes par personne par année.

Quand : Mi-juillet à la mi-novembre

Pourquoi : Même si les bienfaits de l’ail sur les maladies cardiovasculaires sont controversés, cet aromate demeure définitivement un aliment gagnant pour rehausser la saveur des plats et du coup, réduire l’ajout de sel. Et retenez que plus l’ail est haché finement, plus il dégage de saveur!

Conservation : L’ail se conserve dans un endroit sec, frais et bien aéré comme sur le comptoir de la cuisine ou dans une chambre froide. On évite de couvrir l’ail, car elle nécessite beaucoup d’air pour respirer et se conserver. On évite aussi le frigo parce que l’ail va germer et se déshydrater. Pour l’ail en tresse, on la conserve plusieurs mois, suspendue dans la cuisine. On évite les rayons de soleil qui déshydrateront le légume. Enfin, on peut aussi congeler l’ail. Eh oui, l’ail se congèle pendant deux mois! On pèle et place l’ail dans un contenant hermétique. Pour minimiser les pertes de goût, on peut aussi hacher finement l’ail et le conserver dans un contenant d’huile, bien fermé, au congélateur.

 

Vedette no 2 : la bette à carde

Au cours du mois de juin, la bette à carde du Québec apparaît sur les étalages. Il s’agit d’un légume peu connu au Québec, mais fort populaire depuis des siècles en Méditerranée, notamment dans la cuisine italienne. La bette à carde offre deux légumes en un : il y a d’abord les feuilles, qui ressemblent à de grosses feuilles d’épinards puis, les longues tiges qui sont croustillantes. Selon les variétés, ces dernières sont blanches, rouges ou jaune éclatant. Côté saveur, les tiges plus colorées sont plus sucrées alors que les feuilles ont une saveur douce semblable aux épinards.

Les feuilles peuvent être consommées crues ou cuites dans les salades, pâtes, soupes et risottos ou tout simplement comme légume d’accompagnement sautées avec de l’ail et de l’huile. Comme plat principal, vous pouvez blanchir les feuilles et les farcir de veau haché et de riz cuit, de tomates en dés, de fromage parmesan et de basilic frais. Ensuite, vous les placez au four pour quelques minutes… un pur délice! Cuisinez les tiges comme les asperges et servez-les dans les sautés ou tout simplement comme légumes d’accompagnement, nappées d’huile d’olive et de vinaigre balsamique.

Quand : Mi-juin à la mi-octobre

Pourquoi : La bette à carde est très riche en minéraux comme le fer et le magnésium. Elle constitue également une excellente source de vitamine A, d’acide folique et de vitamine C, sans oublier sa richesse en fibres alimentaires.

Conservation : Séparez les feuilles des tiges et placez-les dans un sac troué au réfrigérateur. La bette se conserve ainsi jusqu’à 5 jours.

 

Vedettes no 3 : Les petits fruits

L’été, c’est la saison par excellence pour savourer les petits fruits de chez nous. Fraises, framboises et bleuets ont tout pour plaire : ils sont beaux, bons au goût et bons pour la santé. Naturellement sucrés, ils se faufilent à merveille dans une multitude de plats : smoothies, muffins, yogourts, salades de fruits et salades vertes, tartes et croustades, etc. Par contre, rien ne vaut une bonne poignée de petits fruits parfumés, consommés au naturel!

Quand : Fraises : mi-juin à la mi-octobre pour les fraises; Framboises : juillet à la mi-octobre pour les framboises; Bleuets : août.

Pourquoi : Les petits fruits figurent au top de plusieurs palmarès en termes de fruits les plus antioxydants. Ils aident ainsi le corps à lutter contre de nombreuses maladies reliées au vieillissement comme les maladies du cœur et certains types de cancers. En plus d’être délicieux avec leur saveur sucrée et parfumée, ils contiennent très peu de calories. Par exemple, une portion de 125 ml de fraises offre seulement 25 calories.

Conservation : Fragiles et sensibles à la chaleur, les fraises et les framboises du Québec se conservent 2-3 jours au réfrigérateur. Pour les bleuets, calculez près d’une semaine. Pour congeler les petits fruits, les étendre sur une plaque à biscuits et placer au congélateur. Une fois bien congelés, déposez les fruits dans des sacs hermétiques puis remettre au congélateur. À noter que les fraises doivent préalablement être lavées, équeutées et séchées naturellement avant la congélation.

LES EFFETS DU YOGOURT SUR LA SANTÉ

Posted on 1 mai 2014

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

POUR PUBLICATION IMMÉDIATE – 30 Avril 2014   

 

L’initiative « Yogurt in Nutrition Initiative for a Balanced Diet » organise son 2e sommet mondial sur les effets du yogurt sur la santé

 

Une conférence de premier plan destinée à faire redécouvrir l’histoire du yogourt et souligner son importance dans notre alimentation comme partenaire clé pour la santé

 

SAN DIEGO– L’initiative « Yogurt in Nutrition Initiative for a Balanced Diet » (YINI) a organisé son 2nd sommet mondial sur les effets du yogurt sur la santé, avec la Société Américaine pour la Nutrition (American Society for Nutrition, ASN) et la Fondation Internationale contre l’Ostéoporose (International Osteoporosis Foundation, IOF), dans le cadre du congrès Experimental Biology 2014 (Biologie Expérimentale 2014).

 

Parmi les thèmes abordés dans ce sommet mondial, principalement orienté sur la redécouverte de l’histoire du yogourt et son importance dans la vie quotidienne comme partenaire clé pour la santé,  citons : les habitudes de consommation du yogourt, le yogourt et la santé au cours de la vie, et les perspectives mondiales du yogourt pour l’avenir. Le programme complet est disponible sur : http://tinyurl.com/k3fj2p8.

 

« La recherche actuelle sur l’impact potentiel du yogourt sur la santé est encourageante, et nous attendons avec intérêt d’en savoir plus sur la contribution unique du yogourt sur les individus et la santé publique générale », a déclaré Sharon M. Donovan, PhD, RD, ancienne Présidente de ASN et Professeur de Nutrition à l’Université d’Illinois. « L’objectif de cette initiative YINI consiste à documenter nos connaissances, à partager ces connaissances avec le public et, identifier ce que nous devons encore apprendre afin de de guider les futurs efforts des travaux de recherche. »

 

Source pour la photo : Coup de Pouce

C’est un panel d’experts internationaux qui a abordé des thèmes et questions clés, notamment la raison pour laquelle le yogourt est important pour une alimentation équilibrée ou encore, les influences du style de vie sur les comportements alimentaires. Parmi les intervenants de renom, citons Mauro Fisberg, MD, PhD, Université Fédérale de Sao Paulo, Brésil ; Nita Forouhi, MD, PhD, MRC Unité d’Epidémiologie,  Faculté de Médecine à l’Université de Cambridge, Royaume-Uni ; Luis Moreno, PhD, Université de Zaragoza, Espagne ; René Rizzoli, MD, PhD, Hôpital Universitaire de Genève, Suisse ; Angelo Tremblay, PhD, Université de Laval, Québec, Canada ; et Robert R. Wolfe, PhD, Université d’Arkansas pour les Sciences Médicales, Little Rock, États-Unis.

 

« L’une des plus importantes contributions du yogourt à l’époque moderne est un accès mondial aux produits prêts à la consommation, qu’il s’agisse d’emballages adaptés aux enfants, de produits contenant des probiotiques ou garantissant un effet sur la fonction digestive », a déclaré Mauro Fisberg, MD, PhD, Université Fédérale de Sao Paulo, Brésil. « Il existe un nombre croissant de données associant la consommation du yogourt à une bonne santé, et des études supplémentaires identifiant le lien scientifique entre le yogourt et les bénéfices potentiels sur la santé sont en cours. »

 

Parmi les nombreux thèmes abordés au cours du 2nd sommet mondial sur les effets du yogourt sur la santé, citons :

 

·         La consommation de yogurt et de produits laitiers – Au cours du sommet, ont été soulignés les bénéfices d’une consommation régulière de yogourts sur une alimentation saine et équilibrée. Le yogourt peut contribuer à inverser la tendance d’une réduction de la consommation de produits laitiers chez les jeunes adultes.

 

·         Le contrôle du poids  – Des études récentes avaient démontré que le yogourt pouvait contribuer au contrôle du poids à long terme. De nouvelles données confirment que la consommation du yogourt est associée à un indice de masse corporelle plus faible et un tour de taille moins important.

 

·         Les bénéfices des protéines du lait  – Des résultats sur la valeur ajoutée des protéines laitières donnent une certaine légitimité aux collations enrichies en ces protéines, tel que le yogourt, qui représente une option saine de collation.

 

·         Le yogourt et le diabète – Les chercheurs ont apporté de nouveaux résultats concernant le potentiel du yogourt sur l’incidence du diabète de type 2 et des maladies cardiométaboliques, suite à des données d’observation publiées récemment.

  

 

Le yogourt est un aliment ancien qui a été récemment redécouvert comme étant l’un des aliments les plus importants de l’histoire de l’Homme. La consommation de yogourt varie selon les pays. C’est un produit reconnu comme étant une source de calcium par tous les niveaux socio-économiques. « Après avoir écouté la présentation de Mauro Fisberg, je suis convaincu que le yogurt et les produits laitiers joueront un rôle significatif à l’échelle internationale, alors que nous luttons contre les problèmes liés à l’obésité, et tentons de prévenir les maladies chroniques en encourageant une alimentation équilibrée », a déclaré Frans Kok, PhD, Université de Wageningen, Pays-Bas. « Ce que vous consommez au cours de votre adolescence déterminera votre santé générale à l’âge adulte, et il est essentiel que nous partagions ces informations avec nos enfants dès le plus jeune âge. »

 

Dans ses remarques de clôture, Raanan Shamir, MD, Président de l’Institut Danone International, a rappelé aux participants que YINI soutient les projets de recherche dans le domaine de la nutrition humaine, des biotechnologies, de la microbiologie, des technologies alimentaires et de la vérification des hypothèses concernant les bénéfices du yogourt sur la santé. Une récompense de 30 000 Dollars US permettra de soutenir une ou deux équipes de recherche, indépendantes, impliquées dans ce domaine. Les projets de recherche seront sélectionnés sur la base de leur nature innovante, de leur qualité scientifique et de la faisabilité du projet. La date limite de dépôt des dossiers est le 31 Juillet 2014.

 

* * *

À propos de « Yogurt in Nutrition Initiative for a Balanced Diet »  (YINI)

Cette initiative est un projet mondial, pluriannuel et collaboratif, initié par l’Institut Danone International (Danone Institute International ou DII) en collaboration avec la Société Américaine pour la Nutrition (American Society for Nutrition ou ASN) et la Fondation Internationale contre l’Ostéoporose (International Osteoporosis Foundation ou IOF) dont l’objectif consiste à évaluer les conclusions actuelles portant sur l’impact nutritionnel du yogurt. La mission du projet consiste à découvrir les données scientifiques liées au yogurt, stimuler de nouvelles recherches et identifier les lacunes dans nos connaissances des effets de cet aliment sur la santé afin de partager ces informations avec les professionnels de santé et le public. http://yogurtinnutrition.com ; @YogurtNutrition

 

Posted on 11 mars 2014

Je vous présente l’un de mes derniers textes pour le site jaime5a10.ca : le chou kale. Pour connaître la valeur nutritive de ce super crucifère, consultez le tableau directement sur le site. Bonne découverte!

Le chou borécole porte également le nom de chou vert frisé. En anglais, on l’appelle « kale », qui se prononce « kayle ». Le borécole compte parmi les plus anciens membres de la famille des crucifères, tout comme le brocoli et le chou-rave. Connu depuis des milliers d’années, il serait originaire des pays situés de l’est de l’Europe à l’ouest de l’Asie. La particularité du chou vert frisé est qu’il pousse en feuilles et non en pomme comme la plupart de ses confrères. C’est un chou qui a beaucoup de style, avec ses feuilles frisées en « dentelles » d’un vert éclatant. Au cours des dernières années, le borécole a grandement gagné en popularité notamment grâce à son apport nutritif impressionnant et à sa versatilité en cuisine.

Nutriments et bienfaits

Les légumes crucifères, comme le chou vert frisé, sont parmi les principaux responsables de la réduction du risque global de cancer associée à la consommation de fruits et légumes. De plus, le chou borécole contient de la lutéine et de la zéaxanthine, de puissants composés anticancéreux, qui contribuent à la prévention des cataractes, de la dégénérescence maculaire et du glaucome.

Le chou borécole se mange autant cru que cuit. Consommé cru, il regorge d’une gamme impressionnante de nutriments variés. Par exemple, une tasse de chou vert frisé contient 2 g de fibres (autant qu’une orange), 544 µg de vitamine A (plus qu’une carotte), 96 mg de calcium (autant que 50 g de fromage brie), 85 mg de vitamine C (autant qu’un pamplemousse) et 289 µg de vitamine K alors que les apports quotidiens recommandés sont de 80 µg. Cette star des crucifères mérite définitivement une place de choix dans notre assiette!

Nouilles soba au tofu, chou kale et furikake – source : bouchepleine.com

Achat et conservation

À l’achat, choisir un chou vert frisé dont les feuilles sont fermes, évitant celles qui sont molles ou jaunies. Pour un maximum de fraîcheur, on garde le chou au frigo, non lavé, dans le bac à légumes. On peut aussi l’emballer dans un papier absorbant humide et le placer dans un sac de plastique.

Utilisations culinaires

Primo, bien laver le chou borécole car ses feuilles cachent parfois du sable. Ensuite, à vous de décider! Comme le chou vert frisé possède une belle saveur prononcée et que ses feuilles sont fermes, on peut le manger cru ou cuit. Certaines personnes vont aimer « masser » les feuilles avec de l’huile ou une vinaigrette avant de les apprêter crues. Une fois « détendues », les feuilles exaltent une riche couleur verte, prêtent pour une salade par exemple. Cela dit, on peut très bien consommer le chou vert frisé tel quel, sans le préliminaire du massage! Le chou vert frisé est également très savoureux cuit à l’étuvé, sauté ou bouilli.

Trucs cuistot

• Pour débuter la journée avec énergie, on prépare un jus vert! On combine au mélangeur du chou vert frisé, une pomme, une branche de céleri et juste assez de jus d’orange pour bien mélanger le tout. • Les agrumes, les fromages, les noix et les graines se marient parfaitement à la saveur légèrement piquante du chou vert frisé. Par exemple, pour une salade riche en texture et en saveur, on combine chou borécole, fromage de chèvre, bâtonnets d’amandes grillées et suprêmes d’orange, le tout relevé d’une vinaigrette au miel. • Le chou borécole s’incorpore bien aux omelettes, quiches, plats à base de pâtes et ragoûts. • Compagnon parfait des plats asiatiques, on ajoute le borécole à la soupe miso et aux sautés. L’ail, le gingembre, l’huile de sésame et le citron complètent bien les parfums du chou. • Pour un potage ultra vitaminé, on combine le chou borécole avec de la patate douce, des carottes, de l’oignon et des herbes au choix. • On combine au robot culinaire du chou vert frisé, de l’ail, du parmesan, des noix (ex. Grenoble, pistaches, noisettes) et de l’huile d’olive pour une savoureux pesto. Parfait pour accompagner les pâtes, la volaille, le poisson ou pour garnir les sandwichs et pizzas.

Le saviez-vous?

• Le chou vert frisé coûte moins de 3,00$ l’unité. Un investissement santé très économique! • Le borécole est extrêmement riche en vitamine K, une vitamine qui est nécessaire pour la synthèse de protéines qui collaborent à la coagulation du sang. Elle joue aussi un rôle dans la formation des os. • Les conditions météo québécoises permettent la culture du chou vert frisé en été. À essayer dans nos jardins à la maison!

CHIPS DE CHOU FRISÉRECETTE DE RICARDO

  • 1,5 litre (6 tasses) de feuilles de chou frisé (kale),  sans la tige et effeuillées
  • 30 ml (2 c. à soupe) d’huile d’olive
  •  Sel et poivre

Préparation

1. Placer la grille au centre du four. Préchauffer le four à 180 °C (350 °F). Tapisser deux plaques de cuisson de papier parchemin.

2. Dans un grand bol, mélanger les feuilles de chou avec l’huile pour bien les enrober. Saler et poivrer. Étaler sur une plaque. Cuire au four environ 7 minutes de chaque côté ou jusqu’à ce que le bout des feuilles soit légèrement doré. Réserver.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 56 autres abonnés